Privert explique le déploiement des militaires dominicains en Haïti

Le président provisoire Jocelerme Privert n’a pas manqué d’argument pour défendre la présence de troupes dominicaines en Haïti en accompagnement du convoi humanitaire. « Ce que je sais, en droit humanitaire, quand un pays aide un autre, si vous ne pouvez pas assurer la sécurité de ses équipents, de ses biens et de son personnel, il doit y avoir un accord pour protéger ses biens et ses équipements », a déclaré le président de la république répondant à une question du Nouvelliste.

«Quand le gouvernement dominicain met à notre disposition 80 camions qui coutent des millions de dollars, faut-il les abandonner pour être pillés comme on vient de le faire pour le camions du Programme alimentaire mondial ? », s’est interrogé le président provisoire. La République dominicaine n’a-t-elle pas le droit de protéger les équipements qu’elle met à notre disposition ?». Pour l’ancien sénateur, la présence des Dominicains s’explique par le fait que le pays n’a pas les moyens pour répondre aux besoins du pays en cette période d’urgence.

« Aujourd’hui, nous avons une institution relevant du ministère des Travaux publics du nom de Centre national des équipements (CNE) qui a coûté des millions de dollars à l’Etat haïtien. Tous ces équipements se trouvent chez certaines personnalités politiques, a critiqué Privert sans citer de nom. Tous les équipements du CNE sont abandonnés aux Gonaïves, à Côte-de-fer et à Camp-Perrin. L’Etat haïtien est privé de ses moyens de rendre les routes accessibles, pour porter assistance aux victimes », dénonce le président provisoire.

Les présidents des deux Chambres étaient au courant

Selon les révélations faites par le président provisoire, les présidents des deux Chambres du parlement haïtien étaient présents au moment des pourparlers avec le président dominicain, Danilo Medina. « Dimanche dernier, quand le président Danilo Medina m’a annoncé qu’il viendra nous faire une visite de solidarité, j’avais invité des membres du gouvernement, des hommes d’affaires, les deux présidents des deux Chambres du parlement et ils étaient tous là lors des pourparlers», a-t-il confié devant les médias.

« Ma rencontre avec le président Medina s’est tenue en présence des deux présidents des deux Chambres et les deux ont eu aussi à intervenir dans les discussions lors des échanges que j’ai eues avec le président Medina. Sa seule question était comment il peut nous aider à faire face à la situation ? Qu’est-ce qu’on a besoin ? », a poursuivi Privert chargeant ainsi le parlement dans cette affaire qui a suscité de vives réactions dans l’opinion.

Pour Privert, il était impossible de refuser l’aide dominicaine dans ces conditions. « Lorsqu’un pays frère, un pays voisin me demande s’il peut nous aider à réparer nos routes, devrais-je dire non ? Laisser des milliers de personnes mourir de faim parce que nous ne pouvons pas acheminer de l’aide ?». « C’est ça la réalité », a expliqué le président provisoire en présence des membres du gouvernement et du secrétaire général des Nations unies.

Jocelerme Privert a aussi pris l’exemple d’autres pays qui ont également déployés de militaires en la circonstance pour explique sa position.

« Le bateau colombien qui nous permet grâce à son hélicoptère d’apporter l’aide dans les endroits les plus reculés est piloté par des militaires, est-ce que ça dérange ? », s’est interrogé le président en haussant les épaules.

La bateau vénézuélien qui est dans la rade de Port-au-Prince avec 450 tonnes d’équipements des travaux publics et 50 tonnes de tôles pour recouvrir les maisons avec à son bord des camions, 6 mille matelas, 20 tonnes de carburants pour alimenter les camions, tout est piloté par des militaires vénézuéliens. Est-ce que ça dérange quelqu’un ? a-t-il poursuivi.

Mercredi, la République dominicaine avait déployé en Haïti une importante délégation en vue de porter assistance au peuple haïtien après le passage tragique de l’ouragan Matthew. L’imposante délégation n’a pas tardé à susciter des controverses à cause de la présence de soldats destinés à protéger le convoi. Samedi, le ministre dominicain de la défense, Paulino Sem, a annoncé le retrait d’Haïti de toutes les troupes dominicaines.

 

Source : lenouvelliste.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *