Matthew: A Port-Salut, les hôtels paient une lourde addition

Le Port-Salut vacillant entre le vert des arbres et la blancheur de plusieurs kilomètres de sable ensoleillé est loin dans les mémoires. Autant que l’est ce creuset d’hôtels, de clubs et de restaurants où se précipitaient une meute de touristes chaque week-end. Matthew a tout emporté. Du moins, une bonne partie. Plus de deux jours après le passage de cet ouragan, les premières images indiquant l’ampleur des dégâts circulent. Les touristes locaux et admirateurs éperdus de Port-Salut sont tombés des nues. Les propriétaires en ont par-dessus la tête.

Joint au téléphone, Jacques Anthony Nazaire, propriétaire de Naz-Inn hôtel, indique que les dégâts enregistrés par son entreprise sont énormes. « Les huit chambres situées tout près de la mer sont complètement détruites. De même que les huit autres se situant au-dessus du Super Market. De plus, il y a une vingtaine de chambres qui sont couvertes en béton qui ne sont pas détruites complètement mais endommagées », a-t-il fait savoir, indiquant également que la toiture du night-club a été emportée par le vent.

Jacques Anthony Nazaire souligne que la catastrophe a frappé à sa porte alors qu’il vient à peine d’effectuer des réparations dans son entreprise. « Après plusieurs années, j’avais décidé de sécuriser les locaux en effectuant des réparations absorbant 600 sacs de ciment. N’étaient ces travaux, le bilan aurait été plus grave », a-t-il expliqué. Il indique qu’il se rendra sur les lieux dès la fin de cette semaine pour évaluer les dégâts.

Hospitalisé à Boston, Fritz Dorziair ne peut pas se rendre sur les ruines de son « Beau Lambi » Hôtel. Il ne peut pour l’instant que constater l’ampleur des dégâts dans quelques clichés. « Malheureusement, je n’étais pas en Haïti lors du passage de ce cyclone dévastateur. Je sais que mon hôtel est détruit à 70% », a-t-il indiqué.

La situation n’est pas différente chez le Relais du boucanier, dirigé par Jean-Marie Chérestal. Celui-ci indique laconiquement que son hôtel est détruit, à la question de savoir quel est le bilan du passage de Matthew. « Je ne veux pas m’aventurer à vous donner de détails alors que je ne m’y suis pas encore rendu. Je vais vous transférer quelques photos et vous allez vous faire une idée », poursuit-il. En revanche, l’ancien Premier ministre douche les mécanismes de communication du gouvernement concernant le passage de l’ouragan. « Je me suis rendu à Port-Salut pour m’assurer que l’hôtel était sécurisé pour le passage de Matthew. Mais j’ai été informé sur Internet. Quand j’ai annoncé la nouvelle aux gens de Port-Salut, ils étaient surpris. Ils n’étaient pas au courant. L’information n’était pas disponible. Et c’est très grave », balance-t-il, ajoutant que cela peut tout changer si le paysan est au courant du danger et sait qu’il doit placer son bétail à l’abri.

 

Source : lenouvelliste.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *