La crise haïtienne devant l’OEA ce mercredi

La crise haïtienne sera une fois de plus à l’ordre du jour à la maison des Amériques.  10 heures, salle Simon Bolivard, les membres du Conseil permanent de l’Organisation des Etats américains sont attendus à une rencontre extraordinaire. Le ministre haïtien des Affaires étrangères interviendra à l’occasion sur la crise politico-électorale qui perdure. « Le Conseil permanent recevra Pierrot Délienne, dont le gouvernement a demandé une rencontre pour offrir à l’organisation une meilleure compréhension de l’évolution politique et de la situation électorale dans son pays », lit-on dans une note de l’OEA rendue publque lundi soir.

« Le ministres des Affaires étrangères vient à ma demande», a confié au Nouvelliste, l’ambassadeur permanent d’Haïti à l’OEA, Jean Victor Harvel Jean-Baptiste. Tous les jours, des représentants de différents pays m’interrogent avec inquiétude sur la situation politique en Haïti. A chaque fois, les préoccupations se multiplient, c’est ce a qui poussé à demander au président de la République de faire venir le chancelier Délienne pour éclairer la lanterne des membres du Conseil permanent ». Cette rencontre est l’opportunité pour le gouvernement haïtien de faire le point sur la situation en Haïti et saper les préoccupations des ambassadeurs des pays membres de l’OEA.

A l’issue de l’intervention du chancelier Délienne, les membres du Conseil permanent auront l’opportunité de l’interroger, d’exprimer leurs inquiétudes et d’échanger avec le ministre. « Cette rencontre est importante car les délégations comprennent parfois très mal ce qui se passe en Haïti. Certains croient que c’est le président Privert qui est l’élément de blocage, ce qui n’est pas la réalité car c’est à l’Assemblée nationale que ça se coince. Nous devons le faire comprendre à tous les membres de l’organisation », a indiqué l’ambassadeur Jean-Baptiste.

Des pays de la CARICOM, du SICA et de l’Alba se regroupent pour présenter une déclaration au Conseil permanent pour prendre position sur la crise. A l’instar de la dernière sortie du secrétaire général Almagro, le Conseil permanent, à la demande de ce groupe devrait appeler les responsables haïtiens, le Parlement eu premier chef, à agir au plus vite pour débloquer la situation.

En effet, le flou créé par la fin du mandat du président provisoire à l’approche des élections inquiète les délégations de l’OEA. Récemment, le secrétaire général de l’organisation régionale, Luis Almagro, avait personnellement exprimé de vives préoccupations après le énième report de l’Assemblée nationale devant statuer sur le cas du président Privert. Les tactiques dilatoires et le refus de prendre des décisions n’aideront pas le pays, avait dénoncé Luis Almagro qui appelle tous les acteurs, notamment les parlementaires, à assumer leurs responsabilités.

« Haïti ne peut plus se permettre d’être prise en otage par des mesures dilatoires et autres artifices. L’heure est des plus graves; le temps de prendre une décision depuis longtemps échu», soutient le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains. « Il est impératif que les acteurs politiques haïtiens, notamment les parlementaires et ceux qui gouvernent le pays de façon provisoire, assument pleinement leurs responsabilités envers la nation. Les intérêts du peuple haïtien se doivent de primer sur les intérêts partisans. Tout doit être mis en œuvre afin que les élections présidentielle, législatives et locales se tiennent sans retard et dans un climat de calme », a-t-il poursuivi.

 

Source : lenouvelliste.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *