Concacaf : le Don Bosco se prépare

Entre février et mai, le Don Bosco FC s’ affichait sur deux tableaux. Dans la CFU Championship, il n’a pris que la troisième place, synonyme de qualification pour la Ligue des Champions de la Concacaf. Dans le championnat national, bien que qualifié pour les play-offs, le DBPV s’est fait sortir par le FICA.

Entre août et décembre 2016, le DBPV sera une nouvelle fois sur deux tableaux : le championnat national de D1 et la Ligue des Champions de la Concacaf. Les mêmes causes produiront-elles les mêmes effets ? A ce sujet, et pour parer à d’éventuelles surprises, les dirigeants de l’équipe de Pétion-Ville ont pris des décisions.

Retour à l’entraînement

Pour préparer la série retour du championnat national de D1, annoncée par les autorités de la FHF pour le week-end du 13 août, le Don Bosco FC (Pétion-Ville) a déjà repris le chemin des terrains sous la houlette d’un staff technique, composé de Nathoux Chrisostome Jr, entraîneur, Dany Darius, adjoint, Kénel Thomas, directeur technique, Wilkerson Jean, entraîneur des gardiens, Yves Cadet, utilero, Nardine Félix, physiothérapeute. « Vu qu’on a des échéances très importantes, l’équipe est soumise à l’entraînement depuis mi-juin au parc Sainte-Thérèse. On a déjà disputé deux tests matchs contre l’équipe nationale U-23 : 1-1 et face à l’Aigle Noir AC : 0-0 », a fait savoir la responsable de communication de l’équipe, Angine Tamara Jean-Louis.

Don Bosco et le mercato

Pendant la trêve, le DBPV entend modifier son effectif en faisant l’acquisition de plusieurs bons joueurs tout en laissant filer certains indésirables : « Certains joueurs, pas des moindres, ont été placés sur la liste des transferts. Pour l’instant, je me garde de citer de noms. Plus d’une vingtaine de joueurs s’entraînent avec nous au parc Sainte Thérèse. Les joueurs, qui sont en sélection, ne sont pas encore revenus. Entre-temps, on est en pourparlers avancés avec cinq (5) très bons joueurs et leurs clubs pour qu’ils rejoignent le Don Bosco FC. Je ne veux pour le moment citer aucun nom. En temps et lieu voulu, vous aurez tous les détails », a-t-elle ajouté.

Stage aux Bahamas pour Don Bosco FC

À côté du championnat national de D1, le DBPV qui doit disputer la phase finale de la Ligue des Champions de la Concacaf en août, voyagera aux Bahamas, en vue d’effectuer un stage de mise en jambe, dans l’intervalle du 26 au 27 juillet. Dans la foulée, l’équipe dite « méchant méchant » disputera un test match.

À ce sujet, la responsable de communication du Don Bosco précise : « On avait reçu une invitation de la Fédération bahamienne de football pour aller jouer deux matchs là-bas. Cependant, on va disputer un seul et ce sera face à l’équipe championne de la Jamaïque, Montego Bay. On ne va rien payer pour effectuer ce voyage. Notre délégation sera composée de 28 personnes. On sera de retour au bercail le 29 juillet », a clairement expliqué Angine Tamara Jean-Louis.

Ligue des Champions de la Concacaf

Le Don Bosco FC (Haïti) disputera dans le groupe D, en compagnie d’Arabe Unido (Panama) et de Monterey (Mexique), la phase finale de la Ligue des Champions de la Concacaf 2016/2017. Si l’on se fie aux informations communiquées par Angine, le DBPV jouera les deux premiers matchs de la compétition à domicile. « Au stade Sylvio Cator, le 3 août, le Don Bosco FC recevra l’équipe de Monterey (Mexique) et vingt jours plus tard, soit le 23 août, il accueillera son homologue d’Arabe Unido (Panama). Ces deux clubs-là ont beaucoup de moyens sur le plan financier. Monterey, par exemple, n’a rien à envier aux géants de l’Europe. L’équipe Unido est formée par un groupe d’hommes d’affaires arabes vivant au Panama», a-t-elle informé avant de préciser que son équipe jouera hors de ses bases, le 28 septembre au Mexique face à Monterey et le 18 octobre au Panama contre Arabe Unido.

S’exprimant à propos des deux tours de la CFU Championship organisés au stade Sylvio Cator cette année, Angine dit : « Ça a été une expérience fructueuse, car on s’est qualifié avec brio pour la phase finale de la Ligue des Champions de la Concacaf. Cependant, ces compétitions nous ont laissé un passif estimé à 35 000 dollars américains.  »

Le DBPV et la C1 de la Concacaf

Si l’on se fie aux déclarations d’Angine, le DBPV n’aura pas la tâche facile, et cela à tous les niveaux : « Pour organiser ces matchs-là, vous devez avoir le minimum. Cela dit, vous devez avoir évidemment un stade et vous êtes responsable de tout : logistique, promotion, logement, nourriture, billetterie, et. Pour y arriver, il vous faut l’aide de sponsors. Le hic dans tout cela, le match Don Bosco FC – Monterey se jouera à 9h (PM) au stade Sylvio Cator et celui d’Arabe Unido à 7h ou 8h du soir. Et ça c’est une exigence de la Concacaf », a raconté Angine.

Les préparatifs vont bon train

Pour attirer le public, Angine dit : « On va accentuer nos rapports avec la presse. Le comité se propose de rencontrer les maires de Port-au-Prince, Delmas, Carrefour et Pétion-Ville. Avec eux, on va tenter d’organiser une compétition de grande envergure. On mettra des autobus à la disposition des fans avant et après chaque match. Trois D.J et des bandes à pied vont assurer l’animation trois heures avant les matchs. Le public qui fera le déplacement ne retournera pas chez lui les mains vides. De ce fait, on fera un tirage au sort pour primer un fan à chaque match. Là-dessus, les négociations vont bon train avec un sponsor de la place. On mettra en vente pour l’occasion un maillot du DBPV à un prix spécial. Il faut le préciser: Pour avoir accès au stade on aura à payer 100 gourdes pour les gradins et 500 gourdes pour la tribune », a fait savoir Angine Tamara Jean-Louis.

En guise de conclusion, la responsable de communication du DBPV a émis le souhait suivant : « Que tout le monde vienne supporter l’équipe dans la Ligue des Champions de la Concacaf ». Elle a laissé entendre que son club s’est déjà entendu avec la Police nationale. Une sorte de preuve que tout sera prêt sur le plan sécuritaire pour les deux matchs que le Don Bosco FC aura à disputer en septembre et en octobre au stade Sylvio Cator.

Source : lenouvelliste.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *